Navigation rapide

Accueil > Solidaires Météo > SPASMET SOLIDAIRES : les Fondements de notre syndicalisme.

SPASMET SOLIDAIRES : les Fondements de notre syndicalisme.

Pour un syndicalisme de transformation sociale

lundi 6 novembre 2006

Texte adopté au congrés extraordinaire du SPASMET/CFDT (30/9-1/10/2003 - Toulouse). C’est lors de ce congrès que le SPASMET, syndicat majoritaire de Météo-France, a décidé de quitter la CFDT pour rejoindre, quelques mois plus tard, SOLIDAIRES.

1- Pour un syndicalisme de transformation sociale

1.1 Le socialisme autogestionnaire auquel se référait jadis la CFDT, et auquel les militants parmi les plus anciens adhéraient, a peut-être aujourd’hui perdu de sa consistance, mais le SPASMET ne peut se résoudre à une démarche syndicale qui se limiterait à un accompagnement du système libéral.

1.2 Si les années de crise et de chômage ont fait passer à l’arrière plan les grands débats de société qui traversaient le syndicalisme, le SPASMET continue à nourrir l’ambition de contribuer par l’action syndicale à la transformation sociale basée sur les principes de solidarité, de refus des exclusions et de partage des richesses.

1.3 Pour cela, et comme le réaffirmait son dernier Congrès en mars 2003, le SPASMET continue à revendiquer un syndicalisme de masse et de classe :

* de masse parce que la participation du plus grand nombre est nécessaire à l’élaboration des revendications susceptibles de créer un rapport de force ouvrant la voie à de réels changements.
* de classe, parce que nous avons bien "en face de nous" des forces organisées représentatives d’une petite fraction de la population et s’attaquant aux intérêts des salariés en se fédérant autour de l’idéologie libérale : patronat, pouvoirs financiers spéculatifs et leurs représentants dans la sphère politique.

1.4 Le SPASMET continue aussi à croire dans un syndicalisme strictement indépendant des partis politiques, du gouvernement et du patronat. Pour autant, aucun débat de société n’est en dehors de son champ : guerre en Irak, mondialisation, problèmes écologiques ...

1.5 Le SPASMET considère que c’est la démocratie interne du syndicalisme qui en fait la force, et rejette donc les dérives vers un syndicalisme d’experts et de délégation allant de pair avec un syndicalisme institutionnalisé le décrédibilisant aux yeux des salariés..

1.6 Prétendre contribuer à la transformation sociale, c’est se donner les moyens d’être force de proposition et d’action pour créer les rapports de force nécessaires, afin d’engager des négociations pour concrétiser les avancées obtenues.

1.7 C’est aussi faire vivre un syndicalisme ouvert, interprofessionnel, visant à l’unité syndicale et à l’augmentation de la capacité des salariés à influencer le cours de leur destin collectif.
C’est par ce syndicalisme interprofessionnel que s’exprime en premier lieu la solidarité. Mais il est également incontournable, si on veut peser sur des choix de société (la réforme des retraites en est un bon exemple), ou sur des décisions qui sont prises de plus en plus souvent hors de nos " boîtes " (par exemple au niveau national pour la réforme de l’Etat, ou au niveau européen pour le dosser " ciel unique ").

1.8 Un syndicalisme de type autonome (ou corporatiste) dont l’unique objet est la défense des intérêts immédiats de sa base (métier ou entreprise) est non seulement aux antipodes du syndicalisme que nous voulons, mais également totalement inefficace pour affronter les problèmes d’aujourd’hui.

2- Les principes qui fondent notre action.

2.1 La défense de l’emploi : c’est l’un des thèmes revendicatifs centraux du SPASMET, à relier avec des thèmes plus larges tels que : la lutte contre le chômage, contre l’exclusion, la défense d’un service public de proximité sur l’ensemble du territoire où le CDM doit avoir toute sa place. Il fait aussi écho à un thème plus ancien : le "droit de vivre et travailler au pays de son choix".

2.2 " Les 35 h pour travailler tous et vivre mieux " a été une des revendications centrales du SPASMET pendant de longues années . Elle n’a pas abouti de façon satisfaisante puisque nous avons refusé de signer le projet d’" accord sur la mise en place des 35h "(insuffisance des créations d’emplois, BHI ...) .

2.3 La défense du service public est également l’un des terrains d’action permettant de nous opposer au type de société que voudraient nous imposer les politiques libérales. L’action que nous avons menée avec la CGT sur les conséquences du "ciel unique" sur les services dits "annexes" de navigation aérienne n’est sûrement que le prélude à des actions plus larges à mener, avec beaucoup d’autres, contre l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services, prévoyant notamment l’ouverture au marché et la mise en concurrence des services publics) ou autre projet de l’Organisation Mondiale du Commerce. .

2.4 Un syndicalisme de transformation sociale ne peut se cantonner dans sa boîte. Depuis longtemps le SPASMET essaye, selon ses moyens, de soutenir l’interprofessionnel où l’implication des militants correspond à près de la moitié de nos droits syndicaux. Par ailleurs, par sa décision d’adhérer à ATTAC, le SPASMET participe à l’action contre la mondialisation financière qui aggrave l’insécurité économique et les inégalités sociales.

2.5 L’ambition de contribuer à la transformation sociale ne peut faire l’impasse sur l’Europe. Depuis longtemps déjà le SPASMET entretient des contacts avec des syndicats météos européens. La nécessité d’une action syndicale concertée est de plus en plus évidente.

2.6 Nos revendications sur les retraites, adoptées lors de nos deux derniers congrès vont également dans le sens d’une société plus solidaire. Nous aurons la responsabilité de poser rapidement la question au ministère de la prise en compte du travail posté à Météo-France.

2.7 Enfin, la défense des libertés, des droits de l’homme, de la paix est soutenue tout naturellement par les adhérents du SPASMET qui n’hésitent pas lorsque c’est nécessaire à manifester contre l’extrême droite, contre les liberticides ou autres va-t-en guerre.

3- La société que nous voulons se construit aussi dans nos actions et nos revendications plus internes à Météo-France

3.1 La cohésion sociale est l’un des objectifs du SPASMET qui nous amène à lutter contre le corporatisme étroit, contre l’individualisme, bref, contre tout ce qui divise les personnels.

3.2 La défense des statuts est à relier au thème plus général de défense de l’emploi public, de lutte contre la précarité. Elle nous amène aussi à nous opposer à la création de filiales.
3.21 Pour le SPASMET, les revendications d’améliorations statutaires visent un triple objectif :

* la reconnaissance des nouvelles qualifications et responsabilités par l’amélioration des indices.
* limiter le nombre de grades pour aller le plus possible vers une carrière linéaire. Pour le SPASMET, la véritable promotion sociale, ce n’est pas de changer de grade, mais de changer de corps.
* Obtenir statutairement un nombre important de postes pour les concours internes et professionnels afin de favoriser la promotion sociale. Un des acquis important est de voir aujourd’hui que 60% des ITM sont issus de la promotion sociale.
3.22 Cet objectif de carrières linéaires nous amène en CAP de promotion à donner la priorité à l’ancienneté pour les nominations au grade supérieur.

3.3 Le règlement des mutations : obtenu de longue lutte au milieu des années 80 pour établir l’égalité des chances et la transparence des choix des CAP. Le SPASMET y tient beaucoup et oppose la revendication du droit à formation à la prise de poste, à ceux qui voudraient introduire la notion de profil.

3.4 Le régime indemnitaire : Météo-France connaît encore aujourd’hui un des régimes indemnitaires les plus égalitaires de la fonction publique. C’est un des acquis au fil des ans auquel le SPASMET a largement contribué. Il est aujourd’hui remis en cause par ceux qui voudraient aligner les écarts hiérarchiques des primes sur ceux en vigueur au ministère de l’équipement.
Le SPASMET entend se battre aujourd’hui pour une revalorisation sensible de l’ITS des TSM, des ITM, des TM et 1018 pour permettre un rattrapage sans accroître entre corps les écarts hiérarchiques existant aujourd’hui entre les traitements indiciaires. Il entend également utiliser la modulation qui est imposée pour gommer les écarts induits par les primes informatiques de 1er niveau.

3.5 L’amélioration des conditions de travail, le développement de l’action sociale, sont des domaines d’action privilégiés où s’investissent de nombreux militants du SPASMET et où on peut noter des avancées très significatives.

4- La société que nous voulons se construit aussi dans notre pratique et notre démocratie syndicales

4.1 Le refus du clientélisme, la volonté de représenter l’ensemble des personnels et de défendre tous les salariés qui travaillent à la météo, sont des principes très forts au sein du SPASMET . Ils guident l’action de nos élus en CAP et de nos représentants dans les CTP, CHS, CLAS, CA .

4.2 Prétendre vouloir représenter l’ensemble des personnels, c’est aussi accepter une lourde responsabilité : influer sur tous les dossiers en recourant quand cela est nécessaire à l’action. On ne peut se satisfaire de certitudes et de beaux conflits qui ne débouchent sur rien.

4.3 Notre pratique syndicale entend associer action et négociation avec pour souci constant d’avancer le plus possible dans la satisfaction des revendications.
4.4 Le SPASMET est favorable à la consultation des personnels sur des questions importantes et l’avis que donne le syndicat doit résulter le plus souvent possible d’une consultation des adhérents.

4.5 Pour le SPASMET cette démocratie interne s’articule autour :

* d’un Congrès d’adhérents qui détermine les revendications et orientations du syndicat
* d’un Conseil national composé d’élus du Congrès et de représentants des sections. Il est l’organe directeur du syndicat qui se réunit deux fois/an
* d’un bureau élu par le CN dont il est l’exécutif
* de sections syndicales de régions ou de service sur lesquelles repose la vie syndicale.

4.6 Enfin, une des caractéristiques de la vie interne du SPASMET, est la tolérance et le respect mutuel : les débats d’idées y sont parfois vifs, expression d’une réelle richesse militante, et se terminent toujours par des moments de convivialité qui nous rassemblent autour d’un projet commun.